Gagner sa retraite : quel est le salaire moyen des gendarmes à la retraite ?

964
salaire moyen des gendarmes à la retraite

La retraite est une étape très importante dans la vie de tout travailleur et en particulier des gendarmes. En effet, leur salaire moyen à la retraite a été revu à la hausse par le gouvernement afin de permettre aux fonctionnaires de ce corps de vivre une fin de service paisible. Vous cherchez à connaître le salaire moyen des gendarmes à la retraite ? Vous vous demandez comment gagner sa retraite en étant gendarme ? Trouvez les réponses ici.

Les dispositions de la retraite du gendarme

Les gendarmes sont des militaires chargés de s’occuper de la sécurité publique des citoyens dans les zones rurales. Ce statut leur donne droit à la retraite comme tout autre fonctionnaire de la fonction publique. Eu égard à cela, le gendarme dépend de la caisse du service de retraite des fonctionnaires de France.

A lire en complément : Restez dynamique après la retraite : découvrez les activités les plus bénéfiques pour votre bien-être

Les gendarmes sont donc astreints de cotiser pour avoir une pension à la retraite en déposant une part de leur salaire sur un compte auprès de la caisse du service des retraites. Quelles sont alors les dispositions pour la cotisation de la pension des gendarmes ?

La contribution de part à charge et la sur-cotisation

La première disposition prise pour assurer la retraite des gendarmes est qu’ils doivent cotiser leur pension par contribution. En réalité, la part à leur charge du est fixée par l’État à 11,10 %.

Lire également : Reconversion après 55 ans : stratégies pour un nouveau départ professionnel

En plus de cette cotisation de pension, tout gendarme doit s’acquitter d’une sur-cotisation élevée à 2,2 %. Elle est élaborée pour valoriser l’Indemnité de Sujétion Spéciale Police (ISSP). Cette dernière permet de comptabiliser la prime de retraite de base.

La cotisation de l’employeur

Une autre condition exigée par les textes en vigueur pour la cotisation de la pension de retraite des officiers de la gendarmerie est la contribution de l’employeur. Étant donné que les gendarmes sont des fonctionnaires de la fonction publique, leur employeur est donc le gouvernement.

Par conséquent, l’État doit verser une cotisation à titre de contribution pour la retraite de chaque fonctionnaire de la gendarmerie nationale. Celle-ci va en direction de la caisse du service des retraites.

Le régime de retraite additionnelle de la fonction publique

Le régime de retraite additionnelle de la fonction publique a été instauré par le pouvoir public depuis l’année 2005. Ce régime additionnel permet d’évaluer la prime et l’indemnité qui relèvent des cotisations de la retraite de base des agents et des officiers de la gendarmerie nationale. Il est structuré sur le mode fonctionnement à points.

La retraite selon les trimestres

Les droits de retraite de chaque gendarme dépendent du nombre de trimestres cotisés par ce dernier. En effet, tous les gendarmes sont amenés à cotiser à partir des salaires perçus le long de leur carrière.

Les cotisations de salaire pour la retraite sont prises en compte par décompte de trimestres. De ce fait, leur mode de comptage est déterminé en tenant compte du nombre d’années de travail, mais aussi du grade des gendarmes.

Ainsi, le nombre de trimestres requis pour jouir de ces droits peut différer s’il s’agit des sousofficiers ou des officiers.

Le calcul du salaire moyen à la retraite

salaire moyen des gendarmes à la retraite

Pour les officiers et les sous-officiers de la gendarmerie nationale, le calcul du salaire moyen de la retraite se fait en tenant compte de certaines données. Parmi celles-ci, on a :

L’âge

L’âge est un facteur très important pour le calcul du salaire moyen de retraite d’un gendarme. Pour les sous-officiers tels que les sergents, les sergents-chefs, les adjudants et les adjudants-chefs, l’âge exigé pour le départ à la retraite est de 58 ans.

Pour les sous-officiers comme les majors, cet âge est de 59 ans. Pour les officiers subalternes de la gendarmerie nationale, il est de 59 ans et 60 ans pour les colonels. Celui des officiers généraux peut aller jusqu’à 63 ans.

Le taux de liquidation

Le taux de liquidation est fixé en tenant compte du nombre d’années nécessaires pour la sortie de la fonction publique. Si l’agent de la gendarmerie atteint le nombre de trimestres requis, le taux appliqué est de 75 % au maximum.

La solde de base brute

La solde de base brute de la pension d’un gendarme est évaluée par rapport au pourcentage appliqué à son salaire avant sa sortie du service public.

Ces données sont essentielles pour le calcul du salaire moyen de la pension des agents de la gendarmerie.

Le salaire moyen des gendarmes à la sortie du service public

Le salaire moyen des gendarmes à la sortie du service public dépend du grade. Il peut varier de 1 126,96 euros à 1 270 euros. Cependant, cette majoration peut grimper s’il s’agit d’un colonel ou d’un général.

Il est aussi important de préciser que chaque militaire du corps de la gendarmerie peut bénéficier d’une situation particulière. Celle-ci peut déboucher sur un mode de calcul spécifique.

Les avantages et les inconvénients de la retraite anticipée pour les gendarmes

Les avantages et les inconvénients de la retraite anticipée pour les gendarmes sont nombreux. Vous devez souligner que l’âge minimum requis pour prétendre à une retraite anticipée est de 52 ans. Les militaires ayant accompli au moins 17 années de service ont aussi droit à cette option.

L’un des principaux avantages de la retraite anticipée est qu’elle permet aux gendarmes sortants du service actif d’entamer une nouvelle vie loin des contraintes imposées par le métier. Ils peuvent se consacrer entièrement à leurs projets personnels ou professionnels, sans avoir besoin d’accorder autant de temps et d’énergie que lorsqu’ils étaient en activité.

Certains inconvénients sont aussi associés à la retraite anticipée chez les gendarmes tels que la diminution significative des revenus mensuels. La baisse du salaire peut être importante car elle dépendra du nombre d’années travaillées ainsi que du grade atteint pendant leur carrière active.

Un autre inconvénient majeur concerne le montant de la pension qui sera réduit mais aussi soumis à certaines cotisations sociales telles que la CSG (Contribution Sociale Généralisée) ou encore la CRDS (Contribution au remboursement de la dette sociale). Cette situation pourrait entraîner une perte financière considérable sur le budget familial, notamment si celui-ci était établi sur le modèle économique antérieur.

Les alternatives pour compléter sa retraite en tant que gendarme à la retraite

Les gendarmes, similaires à tous les autres retraités, peuvent compléter leur pension de retraite et subvenir à leurs besoins grâce aux différentes alternatives proposées. Effectivement, il existe plusieurs solutions pour compenser la baisse des revenus et assurer une certaine stabilité financière.

Parmi ces solutions, on peut citer le cumul emploi-retraite. Cette option permet aux gendarmes sortants du service actif d’exercer une activité professionnelle rémunérée tout en percevant leur pension de retraite. Le cumul est possible sous certaines conditions, notamment l’obligation de respecter un plafond de ressources défini par la Sécurité sociale. Les gendarmes de 52 ans ou plus avec au moins 17 années d’activité peuvent ainsi bénéficier du cumul emploi-retraite dès lors qu’ils respectent les règles en vigueur.

Une autre solution consiste à investir dans l’immobilier locatif et tirer profit des loyers générés. L’investissement immobilier locatif peut s’avérer être très rentable pour les personnes qui disposent d’un capital important. Les avantages fiscaux associés au mécanisme permettent souvent aux propriétaires-bailleurs de réaliser un rendement net supérieur à celui offert par certains produits financiers garantissant une sécurité similaire.

En définitive, malgré la baisse significative du salaire moyen chez les gendarmes en fin de carrière active, ils ont toujours accès à divers moyens pour combler cette perte et maintenir un niveau de vie confortable en période de retraite.