Les aide financière pour s’occuper d’un parent agé ou malade

1302

La vieillesse et la maladie sont des événements évitables dans la vie. Vous avez sans doute des proches dans ces différents cas. Et pour les assister, vous avez été obligés de réduire votre temps de travail ou de l’arrêter momentanément. Vous êtes ainsi un aidant familial et à ce titre, vous pourriez bénéficier des aides financières pour leur venir en aide. Quelles sont alors ces aides ? Détails.

Aides financières pour prendre soin d’un parent malade

L’APA ou l’Allocation Personnalisée d’Autonomie est susceptible de permettre à la personne âgée qui en bénéficie vous recruter ou de vous employer en qualité d’aidant familial. Néanmoins, si vous êtes son conjoint, son concubin ou son partenaire PACS, vous ne bénéficiez d’aucun recrutement. Notons que ce nouvel emploi vous permettra de percevoir un salaire qui vous fait bénéficier de tous les différents droits sociaux en rapport avec votre statut de salarié. Ainsi, le parent que vous assistez devient désormais votre nouvel employeur. Il devra donc opter pour un respect strict des obligations qu’implique son nouveau statut.

A découvrir également : Gérer au mieux les problèmes financiers des seniors : conseils et solutions efficaces

Il devra surtout déclarer votre emploi aux services compétents et se plier aux obligations que le Code du travail prévoit. Par contre, lorsqu’il ne bénéficie pas de l’APA, il peut décider de vous employer de façon libre comme une aide-ménagère. Dans ce cas de figure, il faudra que l’employeur :

    A voir aussi : Comment créer de bonnes relations avec ses enfants ?

  • Soit âgé d’au moins 65 ans ou 60 ans lorsqu’il est inapte au travail ;
  • Ait des difficultés à réaliser ses différentes tâches domestiques ;
  • Gagne des revenus mensuels en dessous de 868,20 euro lorsqu’il vit seul et 1347,88 euro lorsqu’il est en couple.

Aide pour s’occuper d’un proche invalide et Majoration Tierce Personne

Lorsqu’une personne est invalide, il est possible qu’elle fasse appel à une majoration de la pension liée à son invalidité. Cependant, elle doit avoir recours à une tierce personne qui sera chargée d’accomplir les différentes tâches usuelles et quotidiennes. Du coup, il est possible que cette Majoration Tierce Personne serve à rémunérer un proche aidant.

Le montant relatif à cet acte s’élève à 1125,29 euros et n’est en aucun cas imposable. Précisons que ce montant se doit d’être revalorisé tous les ans. Lorsque vous avez un proche malade, vous avez la possibilité d’avoir recours à plusieurs autres aides. Il s’agit entre autres de :

  • L’aide financière du département pour une aide ménagère ;
  • L’aide pour le portage des repas ;
  • L’aide pour couvrir les frais en rapport avec la perte d’autonomie ;
  • Aides pour adapter le logement d’un parent âgé.

Aides financières pour les aidants familiaux

En France, les aidants familiaux peuvent bénéficier de plusieurs aides financières pour les soutenir dans leur rôle. Parmi elles, on peut citer la pension d’invalidité, qui est versée par la sécurité sociale aux aidants qui ont interrompu leur activité professionnelle pour s’occuper d’un proche en situation de dépendance.

Les aidants peuvent aussi prétendre à une majoration pour tierce personne, destinée à compenser les dépenses liées à l’aide quotidienne apportée au parent malade ou âgé. Cette aide est accessible sous certaines conditions : le parent doit être atteint d’une pathologie invalidante et l’aidant familial doit justifier des travaux effectués auprès de lui.

Il existe aussi une aide spécifique destinée aux aidants familiaux exerçant leur activité professionnelle en parallèle. Il s’agit de l’allocation journalière du proche aidant, qui permet notamment un congé indemnisé allant jusqu’à trois mois consécutifs ou six mois non-consécutifs pour se consacrer pleinement à son rôle d’aidant familial tout en conservant son statut professionnel.

Ces différentes aides sont souvent méconnues et peu utilisées faute d’information appropriée sur leurs modalités d’accès. Il faut contacter les instances compétentes afin de faire valoir ses droits et recevoir une prise en charge adaptée.

Les critères d’éligibilité pour obtenir ces aides financières

Les critères d’éligibilité pour obtenir ces aides financières varient selon les dispositifs. En général, il faut être domicilié en France, avoir un parent âgé ou malade à charge et ne pas disposer de revenus suffisants pour faire face aux dépenses liées à la prise en charge de cette personne.

Par exemple, pour bénéficier de la Majoration Tierce Personne (MTP), qui permet de financer l’aide apportée par une tierce personne au quotidien (aide-ménagère, aide-soignante…), il faut remplir plusieurs conditions :

• être titulaire d’une pension d’invalidité ou de retraite
• justifier d’un taux d’incapacité permanente évalué entre 80% et 100%
• nécessiter une assistance constante dans les activités essentielles du quotidien (lever, se déplacer, se nourrir…)

Pour le congé proche aidant, qui permet à l’aidant familial de s’absenter temporairement du travail pour accompagner son parent malade ou âgé dans ses soins quotidiens, certaines conditions doivent aussi être remplies :

• travailler depuis au moins un an dans son entreprise actuelle
• justifier des besoins importants liés à la santé du proche concerné
• informer son employeur au moins un mois avant le début du congé

Chaque département propose souvent des aides spécifiques destinées aux aidants familiaux. Il est donc recommandé de se renseigner auprès des organismes tels que les CCAS ou les agences de protection sociale du lieu de résidence pour connaître les aides financières proposées sur le territoire.